Trophée des Montagnes 2016 – Auris en Oisans – 10ème étape – The End

ZawaDimanche 14 août 2016 : Les meilleures choses ont une fin, et ce matin c’est le dernier départ de l’édition 2016 du TDM qui va être donné. La fatigue a beau être un peu de la partie, j’ai un peu de mal à me dire que demain je ne verrai plus les 250 binômes et tous les bénévoles qui constituent la caravane du TDM. Mais bon … Pas le choix, et puis il reste l’étape finale qui s’annonce chaude. Du coup les organisateurs ont décidé d’en réduire un peu la distance, nous allons nous élancer sur 6km au lieu de 8. Hop hop hop, il faut commencer à se diriger vers la zone car le départ est imminent. 9h30 les premiers binômes s’élancent. Belette à l’air en forme, elle a été un peu vexée de me voir partir avec Ithane la veille au soir, on va voir de tout façon on est là avant tout pour profiter de cette 10ème étape. Isa et Canelle rentrent dans le sas, elles vont partir 30 secondes avant nous, ça aussi ça risque de motiver la belette.

departJe me place à côte de Ludo… Et Bim nous voilà lâchés. Zawa fait un super départ tant et si bien que nous prenons la tête de notre mini-vague assez rapidement. 100 mètres de route et Zou, nous filons sur le monotrace qui relie la station d’Auris à la chapelle. Le profil est plutôt descendant, le sol est stable, c’est à moins de 3’30 » au kil que nous survolons cette partie là et que nous commençons à apercevoir des binômes des vagues précédentes. Petite pause caca de ma belette (elle m’en aura fait quelques unes cette année) et nous repartons derrière Ludo qui a repris la pole de la vague. J’adore ce sentier menant à la chapelle, on domine la vallée superbement éclairée par un soleil radieux. Le TDM pour son dernier jour s’est paré de ses plus beaux atours.

sentierUn petit passage un peu technique et voilà la chapelle. Bon ben maintenant, place à la grimpette. Il y a d’abord un kilomètre de piste, en faux plat montant et sa linéarité me permet de voir bons nombres de binômes partis avant nous. à 80 mètres j’entrevois Isa et Canelle. Au fur et à mesure que nous avançons sur cette portion, Zawa relâche la tension, l’étape va être compliquée car malgré un début en fanfare, la belette cale un peu. Pour le moment, cela dit, ça ne me gène pas, je ne suis pas trop dégueu sur ce type de tracé, par contre j’appréhende un peu la suite car, pour avoir regardé le parcours, il va y avoir 2 kilos « mucho piquante ». J’aperçois maintenant le ravito, signe de la fin de la piste, et l’amorce de la big montée. Isa et Canelle en repartent quand nous y arrivons. Zawa prend deux ou trois lampées, mais voyant sa copine repartir elle ne cherche pas à s’attarder, je la mouille quand même et nous repartons à l’assaut. Zawa se remet alors en traction, du coup nous revenons assez vite sur Isa et Canelle. Mais comme à chaque fois, ce n’est pas le bon plan ! Les deux copines se neutralisent. Canelle se retourne et ne tracte pas, quand à Zawa le fait de rester calée derrière Isa lui convient tout à fait, la longe est alors complètement détendue. Je tente bien de passer à plusieurs reprises pour relancer Canelle, mais cette dernière repart avant même que nous soyons à sa hauteur, Zawa n’ayant pas envie de passer bah c’est compliqué ! Il faut se faire une raison, c’est à Isa et à moi de sortir les guiboles de compet et de se lancer à l’assaut de la grimpette. A mi-côte, Olivier nous dépasse. Mais dans l’ensemble nous maintenons un tempo correct puisque, bien que ne reprenant personne, à part Olivier, personne ne vient de l’arrière. Tant bien que mal nous arrivons au sommet. Et arrivant dans une première descente, Zawa se lâche et se remet à la traction, nous dépassons alors d’une longueur Isa et Canelle, Celà dit je perd plus de jus qu’Isa. Le fait que Zawa soit à la traction me fait, de part la nature du sol (de la bonne caillasse) sortir le frein à main, alors que boudinou (c’est le surnom de Canelle) arrive à rester à côté d’Isa.

arriveUn petit coup de cul à grimper, et nous voilà partis pour 1,5km de descente vers la station. Sur la piste je distance un peu Isa mais arrivé sur le lieu de stationnement des camping-cars je la vois à moins de trente mètres. Il ne nous reste que le single, emprunté à maintes reprises sur les étapes d’Auris, à franchir. Même si l’on en a bavé (et je reste poli) dans les grimpettes, c’est chouette après 10 étapes de pouvoir partager l’arrivée ensemble. A cent mètres de l’arrivée nous nous prenons par la main… Un concurrent, qui devait jouer sa vie, nous force à lui ouvrir le passage sous nos mains, bah tant mieux pour lui ! Et c’est ensemble que nous fermons le livre de l’édition 2016 du TDM. Quatre participations en 4 ans, et toujours autant de plaisirs, de partages…

Même plus !

Marin TDMBilan de l’étape 36’48, 58ème de l’étape et … roulement de tambour… la 48ème place au classement général du TDM ! Isa prend la 63ème place (53ème au général), Théo la 69ème (43ème au général), Olivier la 49ème (44ème au général), et Richard caracole à la 32ème position (38ème au général). L’étape est remportée par Christophe en 27’51 et le TDM par le Slovène Damjan.

Le temps de se congratuler, de se réhydrater, de déjeuner et non le TDM n’est pas terminé car il y a les 2 courses enfants. Marin repart avec belette et sur un parcours très technique (beaucoup de virages et de portes à franchir). C’est vrai que je suis fan de mes enfants mais quel régal de les voir à bloc sur leur course. Marin se classera 14ème. Matthis qui prend le départ une fois la course des enfants 1 terminée s’accroche dans les 2km d’ascension qui ouvrent sa course. A aucun moment il ne marche. Ma présence ne servira cette fois à rien car même dans le single descendant il maitrise son Jazzou ! Bilan 11ème et surtout 9ème au général du TDM. Belle maitrise et belle perf ! Très fier de mes deux Gugus…

remiseAprès une bonne douche, direction la remise des prix qui va sacrer les meilleurs du TDM dans leur catégorie. Puis au fil du temps la salle se vide. Voilà maintenant 9 jours que nous vivons en mode TDM et comme si cela ne pouvait pas s’arrêter d’un coup chacun le quitte un peu à sa façon, en douceur… De notre côté c’est le traditionnel petit resto avec notamment Vince et Laurianne. Et après une bonne nuit de sommeil et les derniers préparatifs il est temps de refermer la dernière page de cette magnifique édition.

Le temps a été de la partie cette année et c’est, me concernant, une édition que j’ai trouvé très belle, mais aussi et surtout toujours aussi riche. Riche en complicité avec ma belette, chaque édition renforce encore un peu plus les liens que nous avons, riche en émotions et plaisirs partagés avec mes enfants et Isa, riche en chaleur humaine et en fair-play avec l’ensemble des participants et des bénévoles, riche en culture grâce au brassage des 16 nations présentes sur cette édition. Merci Yvon et merci à toute ta belle équipe ! Je suis très fier d’avoir participé à ces 4 dernières éditions, qui en appellent bien d’autres ! Bravo et merci à tous les concurrents pour tous ces échanges. C’est dur de revenir sur terre après avoir séjourné sur la planète TDM.

Prochaine étape, avec quelques courses intermédiaires en prépa, un très gros morceau … Un très gros ultra, sans ma belette bien sur, le 24 septembre. Mais pour en avoir plus il vous faudra revenir ici !

To Be Continued …

Photos Christine Nglm, Emmanuelle Cottin, Alexandra Perrotto et Kika Elfers.

Bandeau

Commentaires

commentaire(s)