Championnats de France de Canicross – Trophée Fédéral 2017

A Ebène.

Vendredi 17 Novembre 2017 : 13h30 hop hop hop il est temps de charger la voiture avec la tente, le gros duvet, quelques victuailles et bien sur embarquer Canelle et Zawa pour disputer le Trophée fédéral de Canicross à Verneuil sur Vienne dans la proche banlieue de Limoges. 14h je récupère Marin, 14h30 c’est au tour de Matthis et nous voilà tous les 5 dans la Ataraxie Mobile en direction du Grand Nord ! 3h40 plus tard nous voilà en vue de Limoges, je dépose les petits (qui commencent à être bien grands d’ailleurs) chez leur Papy et je prends alors le chemin du campement prévu. Côté météo ça caille un peu, mais l’absence de vent ne rend pas ce froid aussi mordant que chez nous. J’arrive alors au Lycée agricole où se tiendront les championnats demain, et suis les petites flèches indiquant le lieu du campement pour les tentes. Je m’enfonce dans la campagne limousine et au bout de 2km tombe sur le lieu…

Là surprise, juste une caravane, pas âme qui vive, un grand terrain un peu vague, il fait nuit, bon ben de toute façon c’est là, y a pas à tortiller, il faut s’installer. J’essaie alors de trouver un coin avec un peu d’herbe, déplie la tente, et commence à planter les sardines, sardines qui soulagées de ne plus être serrées dans leur boîte (Patrick si tu me lis !) se mettent à chanter, heu non se mettent à se tordre sous les assauts du maillet en rencontrant un sol dur comme de la pierre, d’ailleurs c’est de la pierre qu’il y a environ 4,3cm (j’ai mesuré, si si !) sous la terre et les graviers. Après pas mal de déplacements, quelques sardines vrillées, un doigt à moitié écrabouillé, pas mal de gros mots, ouf, le campement est monté !!! Il ne me reste plus qu’à préparer un succulent repas à base de pâtes fraîches, et fraiche c’est le cas de le dire car sous le tarp, la température avoisine les 2° et elles refroidissent à vitesse grand V. Je traine un peu, mais pas longtemps, et zou sous la tente avec Canelle et Zawa qui me tiendront compagnie pour la nuit.

7 heures du matin, ça passe vite hein, la nuit s’est bien passée mis à part un groupe de camping caristes qui n’a rien trouvé de mieux que d’arriver vers les 23h30 et de mettre 2 heures à monter le campement et à festoyer… Bon sinon le froid n’a pas eu raison de nous et c’est en forme, et bien couvert (Merci CimAlp) que nous allons vers le lieu des festivités. Au programme contrôle véto pour Canelle, Zawa en est exemptée, et retrait de dossards, le mien et celui de Marin. Bien cool de commencer à croiser des visages familiers. Il y a maintenant près d’un an et demi que nous n’avions pas disputé de Canicross, depuis le Trophée des Montagnes 2016 pour être exact) et ça fait bien plaisir de retrouver la « canisphère ». Une petite discute avec Olivier, une autre avec Yvon, un salut à Vincent qui est bien occupé par la gestion de l’orga… Bref la matinée passe très rapidement, je retourne déjeuner dans mon campement (toujours personne d’ailleurs) et à 13h, avec tout l’équipement chécké reprend la route du lycée agricole… Bon rien de palpitant pour l’instant je l’accorde mais, cher public, ça va venir ! Si si promis… Là tout s’accélère un peu. Je rejoins le CTNI, arrivé en masse quelques heures plus tôt, Mag se prépare d’ailleurs pour le cani VTT qui se disputera dans une heure. Puis un peu plus tard se sont Matthis et Marin qui se pointent et hop il est temps d’aller s’échauffer. Enfin là s’échauffer pour le coup est un bien grand mot car ça caille quand même pas mal. Le soleil a beau tenter des apparitions l’air n’en demeure pas moins frais. Mais bien couvert, après 15 à 20 minutes de footing, la température monte, j’enlève même une couche durant les gammes et une autre pendant les accélérations. Dans le sas de départ l’ambiance commence à monter, on entend déjà les toutous aboyer d’excitation avant le départ des premiers. C’est avec le dossard 87 que je vais m’élancer, dans une vague de 3 concurrents, donc un peu plus de 10′ après les premiers ce qui me laisse maintenant de mettre un peu de speed à ma Zazaw.

Elle hésite un peu à mettre son harnais, me regarde un peu hébétée quand on commence à trotter… How Zazaw faut y aller maintenant. En rentrant dans le sas, BIM elle se fait surement un flashback des derniers canicross et commence à montrer des signes d’impatience. WahaouahWahou !! Me dit-elle, mais ça vous pouvez pas comprendre. Plus qu’une vague et c’est à nous… 5, 4, 3, 2, 1 et BIM c’est parti pour la première manche et ses 3,5km !!! Nous voilà lancés en compagnie de deux autres binômes dont les chiens sont à bloc. De mon côté aussi je suis parti vite, peut être un peu trop car Zawa ne tracte pas et se contente de rester juste devant, la longe en U. Nous sommes sur un faux plat descendant et du coup je me mets en mode allez-y poussez-poussez les avants de Bayonne et arrive à m’extirper de mes deux binômes partenaires de départ. Devant ce n’est pas loin, les départs étant donnés toutes les 20 secondes je les vois se rapprocher à bonne vitesse. Un petit coup d’oeil au GPS… Calme toi bijoux !!!

La vitesse instantanée affiche 2’38 au kil, il faut calmer sinon ça ne passera pas, surtout si Zazaw reste en mode passive. La longue ligne droite touche à sa fin, virage à droite et hop nous voilà à nouveau sur un boulevard. Je remonte un à un des binômes, la longe toujours détendue… Ma belette va falloir que tu te réveilles, on vient de passer le premier kil en 2’52 et t’en a pas foutu lourd. Mais plutôt que de me lancer dans une explication du canicross avec Zazaw, ce qui me prendrait du temps, je continue à pousser et à fondre sur des concurrents tel la petite vérole sur le bas clergé. Les jambes commencent un peu à tirer, et au bout de la ligne droite sous les encouragements nourris des bénévoles, BIM ça y est Zawa a compris, elle tracte !!! Yes… Je relâche un peu de mon côté histoire de reprendre un peu de jus et là nous relançons de concert. Quel plaisir, on double, on double, et on double encore, j’ai repris un bon tempo qui nous est très utile sur les petites bosses qui vallonnent le parcours, elle est au taquet ma belette, on se rapproche, j’entends énormément de « Allez Benoît » ça booste, je relance, Zawa relance et c’est l’entrée sur le stade, Marin m’encourage, puis Matthis un peu plus loin, juste le temps de doubler deux autres binômes et nous voilà sous l’arche, 13’40 plus tard avec une belle moyenne au compteur de 3’33 au kil. Première manche c’est fait et c’est pas mal puisque nous voilà 41ème au général et 6ème V1.

A peine le temps de féliciter ma belette, qu’il faut repartir, non pas pour la deuxième manche qui se tiendra le lendemain matin, mais pour la première manche de Marin et Canelle qui vont s’élancer sur un parcours d’un kilomètre. Comme à son habitude Canelle aboie, et la caravane ne passe pourtant pas. Elle défie les autres toutous et mon petit Marin stressouille un peu avant sa longue échappée. L’entrée dans le sas se précise et Canelle monte en température, ses aboiements se font plus fréquents, elle saute, et BIM le départ est donné, on jaillit en tête, mais Canelle a décidé d’attendre un gentil border collie pour lui faire sa fête ! Je la rattrape in extremis mais rebelotte elle remet ça. Heureusement un des concurrents nous laisse filer et enfin la course est lancée. Marin est très concentré sur ses gestes, il en fait même un peu trop, pris qu’il est dans sa course. Au bout de 300 mètres le binôme se cale enfin et Marin profite de la puissance de Canelle, les voilà lancés. Au bout de la ligne droite virage à droite en épingle et feu, direction l’arrivée 500 mètres plus loin. J’ai un peu de mal à cavaler juste derrière, un coup d’oeil au GPS me donne l’allure, 3’58 à ce moment là, sacré bonhomme ce petit Marin. Il commence toutefois à s’essouffler un peu, je l’encourage en lui disant que l’arrivée est toute proche, il ne lui en fallait pas plus pour relancer la machine et franchir l’arche en 4’05, presque 15km/h de moyenne ! Il m’a scotché… Le voilà 12ème au scratch et 6ème garçon. Fin de la première journée, enfin côté compet, car je file dépiqueter ma tente pour rejoindre le campement CTNiste qui finalement s’est basé sur le site. J’abandonne là quelques sardines qui trop prisent dans la pierre finiront leurs jours dans l’anonymat d’un terrain vague de la banlieue de Limoges, triste fin quand même pour ces sardines. Puis il faut remonter la tente, prendre une bonne douche chaude et … Ouf un petit apéro en compagnie de tous les canipotos.

Malgré la bonne ambiance, le froid a vite raison de nous et après un rapide repas, toujours à base de pâtes « Très Fraîches », après avoir secoué X fois la bouteille de gaz direction la tente toujours avec ma fidèle Zazaw et la vilaine Canelle qui squattera une bonne partie de la nuit mon duvet, sous les ronflements nourris de Zawa (mais elle, elle a le droit). Le réveil est plus froid que la veille, la campagne est blanche et le thermomètre affiche un joli -4°, welcome dans le cercle arctique !!! Le café met un temps fou a atteindre une température acceptable, mais il fait du bien. La première à s’élancer sera Mag en Cani VTT et elle joue gros, elle est 3ème sénior à une poignée de seconde de Françoise une autre CTNiste. Il va falloir s’échauffer correctement ce matin, non seulement pour réveiller le corps mais aussi et surtout le faire monter en température. Exit les manches courtes, vive les manches longues. Deux couches en bas, 4 couches en haut, un buff, des gants, me voilà prêt à attaquer l’échauffement. Les premiers appuis sont durs, les pieds sont engourdis, j’ai beau être matinal, j’ai mal. Pendant ce temps Mag et Françoise en terminent avec le cani VTT et prennent respectivement la 2ème et 3ème place de l’épreuve… Deux podiums pour le CTNI !! Bien joué les filles.

C’est à ce moment là que Claire fait son arrivée, super chouette de voir une de ses athlètes carcassonnaise faire le déplacement. Bon en même temps elle n’a pas de mérite elle fait ses études à 10′ de là, à la fac de médecine de Limoges ! Mais bon c’était sympa de la retrouver après plusieurs mois. J’essaie de rester concentré sur ma course, j’effectue beaucoup d’accélérations, de séquences de foulées rapides, de fréquences, chauffe les ischios à bloc et … Et ben quand faut y aller, faut y aller comme disait l’autre. Le temps de chauffer la Zazaw, lui faire faire un petit pipi et direction le sas de départ. Compte tenu de mon classement de la veille, ce matin je pars beaucoup plus tôt. J’espère que la belette sera au rendez vous car il va falloir trotter 7,5km tout à l’heure et seul ça va être compliqué. Elle semble paisible dans le sas, un peu trop même, elle reste impassible aux aboiements qui l’entourent. Plus qu’une vague et c’est à nous, plus que 20 secondes… 10… Y a du suspens hein ? 5, 4, 3, 2, 1 et BIM nous voilà parti… Et c’est pas parti sur les chapeaux deux roues, non, Zazaw s’est calée comme si on partait pour 40 bornes.

Dès les premières foulées les deux autres binômes se détachent de nous. J’enclenche la seconde et allonge mes foulées mais Zawa reste sur son tempo, elle est devant mais ça glandouille sévère. Bon ben y a plus qu’à mettre en marche le turbo pour ne pas se faire trop distancer et encore moins ratrapper par les vagues suivantes. Peu à peu je me rends compte que nous regagnons du terrain, 500 mètres à peine après le départ ça relâche un peu devant. Avec ma longe en U nous faisons le premier virage à droite et reprenons un binôme. La longue ligne droite de la veille est elle aussi vite avalée et là, au lieu de filer tout droit, un beau virage à gauche nous amène sur un single en sous bois. Yes ça c’est pour nous… C’est vallonné, il y a des racines un peu partout au sol, des virages serrés entre les arbres et même si Zazaw n’a pas encore vraiment démarré, on s’éclate. A l’amorce d’une portion descendante BIM on reprend 3 binômes d’un coup qui ont calé devant le petit raidillon, pas le temps de se poser des questions, on fait confiance aux appuis et on fait parler la petite expérience trail.

Devant nous une belle bosse se dresse, Zazaw reste impassible, tant pis je vois que je reprends encore du monde et je décide de faire le forcing, j’arrive en haut bien occis mais là … Dans le faux plat descendant qui maintenant s’offre à nous, Zawa se lance et elle tracte comme la veille à la mi-course. Heureusement qu’elle prend le relais, les quadris sont en surchauffe et les ischios aussi. Je lui lance un « c’est bien Zazaw » et elle relance de plus belle, nous voilà de concert maintenant prêt à faire une belle remontada ! Et c’est ce que nous faisons, en sortant du bois sous les encouragements de Vincent on croque les autres binômes, et un par ci, un par là, un pur plaisir, les descentes se font en mode missile et nous avalons les bosses sans même les sentir, le top ! J’ai retrouvé ma belette. Avec ses 20 kilos tout mouillés elle avale du greyster et autres gros toutous. De mon côté ça va toujours. Je retrouve la fin du parcours de la veille et aussi les repères. Plus de gestion possible il faut tout donner maintenant. Le petit dej a tendance à se rappeler à mon bon souvenir en remontant par moment, mais ce ne sont que des fausses alertes au vomito. Dernière ligne droite, Yvon est sur le bord et nous encourage, puis le stade, Marin et Matthis comme la veille sont là et me font gagner en vitesse, allez on croque un dernier binôme pour la route et BIM voilà l’arche atteinte en 28′ avec une moyenne de 3’49… What else ? Comme dirait l’autre !

Bilan 32ème de la manche et 5ème V1, ce qui nous placera au cumul des deux manchesl à la 33ème position du scratch et 5ème V1. Inespéré après 1 an et demi passé à préparer et courir 5 ultras trails. Merci belette, on est toujours complémentaires.

Mais comme la veille pas le temps de s’appesantir, il faut repartir avec Marin et Canelle pour leur manche finale. Là encore le départ sera compliqué, mais mieux géré, disons que je n’ai pas laissé le choix à Canelle en l’enfermant entre le talus et moi. Marin, comme la veille, hyper concentré, hyper volontaire, il a géré sa course de main de maître le petit bonhomme. Sur un parcours un peu plus vallonné que la veille il me sort un 4’16 de moyenne en concluant son arrivée au sprint. Bilan pour ce sacré duo une 9ème place scratch, au cumul des deux manches, et la 4ème place chez les garçons !

Sacré weekend encore en compagnie des canipotos, super orga des Canipat’87 et de la FSLC, c’était le top et merci à tous les bénévoles présents sur et autour des parcours ! mais maintenant il faut vite plier le campement prendre une douche, dire au revoir à la canisphère et reprendre la route vers le Sud et de nouvelles échéances…

Bah au fait c’est quoi ? La prochaine ce sera ce weekend avec le cross de Limoux histoire de se mettre le compte sans Zazaw et ensuite le 10 décembre les 6 heures de Berniquaut, toujours sans Zazaw, sur une boucle de 2,5km avec 200m de D+ et autant de D- il faudra faire le plus de tour !!! On va se régaler !

To be Continued …

Crédits photos : Canipat’87 & DR

Commentaires

commentaire(s)