Les Foulées Zignanaises

Dimanche 25 Novembre 2018 : Bon ben à m’en donné fallait bien reprendre le fil des récits… Il est vrai que depuis le Tor des Géants il y a maintenant un peu plus de deux mois, malgré une participation au trail de la Collégiale, au tour du lac de Montbel et à l’Ekiden de Pamiers je n’avais pas repris le clavier, où juste pour des testings. Ce n’est pas que l’envie n’était pas là, ni que les courses intermédiaires ne m’avaient pas ravi, au contraire, juste que je voulais rester sur la magie du Tor encore quelques temps (d’ailleurs le récit arrivera un de ces 4). Avec l’enchaînement de ces trois courses, d’un stage trail, de la vie quotidienne et du raccourcissement des journées, je n’avais pas pu rentrer une sortie un peu longue. Du coup je profitais en ce dimanche que mes ouailles Papycoach’s aillent en majorité du côté de Lézignan pour me joindre à eux et faire le 24km en mode sortie plaisir tout en accrochant un dossard pour une bonne cause (Bénéfices de la course au profit de l’AFDE – Association Française Des Dysplasies Ectodermiques). Hop hop hop 7h du mat, direction Lézignan avec Isa, qui s’alignera sur le 12km, sous une météo un peu incertaine avec en prime le fond de l’air bien frais, enfin froid, bref ça caille ! Après 45 minutes de route et zéro gilets jaunes de croisés nous y voilà. Sur place nous retrouvons tous les potos présents avec un joli contingent de PapyCoach’s sur les deux distances. Le temps de retirer les dossards, de se changer, et après un échauffement des plus sommaire, me voilà au départ du 24 aux côtés de Gilles, Guilhem, Sabrina, Céline et bien d’autres copains.

Et Bim nous voilà lâchés dans les rues de Lézignan. Devant ça part relativement vite mais de mon côté, sans pour autant serrer le frein à main, j’adopte un train de sénateur. Le petit faux plat montant du départ me permet de me mettre en jambe après une semaine des plus chargée. Je me retrouve alors en milieu de peloton au sein d’un petit groupe de 4 ou 5 trailers. Marrant d’ailleurs, la veille au soir nous avions donné, Patrick, Jeff et moi une conférence sur le Tor des Géants au profit de l’association GAEL, et v’la tit pas que l’un deux y était et me félicite pour cette initiative. On papote un peu, puis dès le deuxième kilomètre, le terrain s’élève un peu plus dans la pinède et de petits écarts se creusent et tout en restant groupé à quelques encablures nous progressons à 5. Malheureusement sur la première bosse, ça se met à marcher devant et du coup me voilà contraint de suivre les autres car les singles ne permettaient pas de doubler. Très vite je découvre un parcours joueur, plein de relances et de petites bosses toutes en single ce qui rend cette sortie encore plus belle. Plus j’avance et plus les jambes sont là, seul bémol mes orteils qui, avec 7 ongles en moins, sont un peu sensibles en descente et ne me permettent pas de m’amuser comme je le voudrai sur ces portions là.

Sans chercher à me mettre sans le rouge, je dirai même en restant en mode éco, je me rends compte que je n’ai pas besoin de forcer pour monter les bosses, là où il y a un an j’aurai marché, je passe des portions à 15% (certes très courtes) en mode petites foulées. Peu à peu nous nous retrouvons à 3 avec une alternance de position, je prends un peu le large sur les bosses et ils me repassent en descente. Arrivé aux côtés des éoliennes, un petit vent frais pointe le bout de son nez, du coup je ne m’attarde pas sur le ravito, un verre d’eau et Zou on repart sur le même train. Nous voilà à présent, toujours sur des monotraces, mais en pleine garrigue avec de très beaux points de vues sur la plaine et sur les Corbières. Malheureusement les nuages font leur apparition. Au 12ème kilomètres, une première bosse un peu plus raide et un peu plus longue que les autres, fait que mes copains de route sont un peu lâchés, après une seconde du même acabit, me voilà seul, reprenant parfois de ci de là un coureur. Je longe alors une belle falaise avec là encore un superbe panorama, je suis ravi d’être là, frais comme un gardon à profiter de paysages qui, bien que très proches de la maison, je ne connaissais absolument pas.

18ème km (environ) un ravito, je prends le temps de siroter un coca et de discuter avec les bénévoles quand deux coureurs passent devant moi. Bah peu importe, je ne suis pas là pour un classement et cet échange fait partie des joies de la balade. Je reprends alors mon bonhomme de chemin quand tout à coup la pluie vient se mêler à un vent plus froid encore. J’hésite à remettre mon coupe vent, mais au final, non, c’est supportable, d’autant que je reviens dans la pinède. Un peu de musique dans les oreilles (ailleurs ça marche moins bien vous me direz) et me voilà peinard, au plein air, en train de laisser mon esprit vadrouiller à droite et à gauche en profitant de la nature. Ces sensations là me manquaient, un peu, comme durant mes 3 mois de prépa du Tor me revoilà seul en faisant ce que j’aime. Tout à coup me voilà dans le trafic. Je ne met pas longtemps à comprendre qu’il s’agit de coureurs effectuant le 12km et partis une demi heure après nous. Très sympas ils s’écartent systématiquement me permettant de continuer à jouer avec les singles. Seul bémol, les rares passages à découvert me lancent quelques frissons, un peu mouillé que je suis et n’étant pas en surchauffe, la moindre brise me refroidit chaque fois un peu plus. C’est sous les encouragements de chaque signaleurs que je retrouve la partie bétonnée menant à la ligne d’arrivée. Il reste environ 1,5km je suis frais, je pourrai accélérer, mais pourquoi faire ? Je conserve mon train-train, salue au passage des connaissances, quand tout à coup, bah tout à coup, l’arche met un terme à ma sortie bucolique. La ligne passée j’apprend qu’Isa a gagné le 12km et que Gilles a pris une belle 6ème place sur le 24km, sans parler de toutes les superbes perfs des PapyCoach’s. Mission accomplie pour tous et avec brio. Le podium d’Isa passé, je me hâte vers la voiture me changer car l’air se vivifie de plus en plus et la pluie ramassée sur le coin du museau n’a rien arrangé. Dommage car les organisateurs avaient soigné le ravito d’arrivée comme il fallait, charcu, fromage, vin, bière… Bref royal ! D’ailleurs au passage j’en profite pour les féliciter pour l’ensemble de leur oeuvre, un parcours bien travaillé et super bien balisé, des signaleurs qui, malgré la pluie, avaient toujours le mot sympa et le sourire, bref tout ce que j’aime, merci !

Oups et j’allais oublier le bilan ! Bon ben bilan alors : Une 16ème place en 2h23 sur les 24km et 700D+ qui, même si je n’étais pas du tout venu pour ça, fait bien plaisir. Des sensations géniales surtout dans les bosses, bref que du plaisir malgré une météo capricieuse qui a su vite se faire oublier grâce aux bonnes gambettes, aux paysages et encore une fois à la qualité de l’organisation au service d’une belle cause.

Pour ce qui est de la suite du programme, bah il n’est pas encore à jour, mais les grandes lignes se dessinent, en attendant place à la prépa des courses que nous allons organiser en 2019 (Détails ici) et pourquoi pas à quelques dossards de ci de là !

To Be Continued…

Crédits photos : Aude Course à Pied et Heidi

Commentaires

commentaire(s)