Canicross de Valmy

Samedi 27 avril 2019 : 4h30, titititi, titititi (je le fais bien le réveil hein ?) une sonnerie retentit marquant l’heure de se réveiller. Ouf ça pique un peu quand même, mais quand on aime on ne compte pas, encore moins ses heures de sommeil. Le temps d’avaler un café, de satisfaire à quelques obligations matinales, de sortir les 3 toutous et go ! j’embarque ma belette et prends la direction d’Argelès sur Mer. 1h40 plus tard nous voici au pied du Château de Valmy, je balade un temps ma Zazaw histoire qu’elle aussi termine ses besognes matinales et nous filons au retrait des dossards. C’est la Team Canisports 66 qui organise la manifestation dans le cadre des trails de la Massane. Je les avais vu à l’oeuvre durant le canicross organisé sur la Ronda des Bojos et je m’étais promis de bloquer cette date, tellement l’orga et les participants étaient sympathiques. Par ailleurs pour avoir organisé un Stage Trail sur ce même spot en octobre dernier, je savais que le parcours allait être au petits oignons. Un bel écrin que ce massif niché entre mer Méditerranée et Pyrénées. Après avoir revu avec grand plaisir des canipotos de la région et les copains catalans, une fois le contrôle véto passé, bah faut aller s’échauffer à minima et faire monter le cardio sans quoi la première partie du parcours va vite nous le rappeler. En effet le tracé long de 8,5km comporte 360m de D+. Mais ce dénivelé a une particularité, il se situe à plus de 90% dans les 2,2 premiers kilomètres, soit un pourcentage moyen de 14% sur cette première partie. Autant dire que les cuissots vont chauffer et qu’il va très certainement ouvrir le capot arriver en haut pour baisser en température. Bientôt 9h, il est temps de se diriger vers l’arche de départ. Zazaw et moi partiront en vague 3 avec notamment Jérôme, Bruno partira dans la vague précédente soit 30 secondes avant nous.

9h pétante, Bim la première vague est lancée et ma belette ne comprend pas pourquoi elle est toujours là, 09h00 et 30 secondes, BIM la vague deux est partie, Zawa me fait des bonds de cabri et se met à pousser son cri de guerre ! 09h01 BIM, BAM et BOUM ! C’est parti !!! Les fauves sont lâchés et belette est à bloc dans son harnais. D’entrée Jérôme prend les commandes et nous lui emboitons le pas et 300 mètres après le départ nous remontons sur Bruno victime d’une première pause caca (ne vous méprenez ce n’est pas lui qui pose un bouzin devant la grille du château, c’est juste sa toutoune et elle en posera 3 autres d’ailleurs par la suite). Nous voilà donc en mode trio à remonter le flot des vagues précédentes sur un terrain qui passe assez vite de la piste au single. Tant que nous étions sur terrain large, il me suffisait de dire à belette de naviguer à droite ou à gauche et de slalomer ainsi entre les différents binômes. Maintenant que le sentier bascule en single la tache est plus difficile, même si les concurrents nous laisse le passage sans soucis, Zawa est plus hésitante à frôler les autres toutous. Cependant nous sommes encore au contact avec Jérôme et Bruno, les cuisses commencent bien un peu à chauffer, mais Zawa fait le job ce qui me soulage grandement. Mais peu à peu son tempo se met à baisser. Voilà maintenant 1km que nous sommes partis et la traction se fait moins franche. J’essaie alors de compenser ce manque, mais là ce sont les quadris qui surchauffent vite. Bruno et Jérôme sont hors du champs de vision depuis une minute ou deux, on ne les reverra plus. Doubler s’avère alors plus difficile. Premièrement notre allure ne nous permet plus de passer rapidement, inutile donc de gêner les binômes qui sont devant nous pour ensuite faire les boulets devant. De temps à autre nous arrivons à nous faufiler sans les gêner notamment lorsqu’ils passent à la marche sur certaines portions.

Moi aussi je dois passer par certaines phases marchées, il est loin le temps de la prépa du Tor des Géants où j’aurai pu naviguer plus aisément dans le pentu. Bon il faut dire, qu’en cours de préparation de l’utra marin, les bosses j’ai un peu tendance à les passer au second plan depuis un moment, et ce n’est pas plus mal que de se retrouver ici sur des belles portions à 20% et plus si affinités. Malgré notre baisse de régime nous avons limité la casse, un seul binôme nous a remonté et nous en avons doublé pas mal. Je reconnais enfin le sommet, plus que quelques mètres et hop nous entamerons la bascule, tout du moins la première. Devant nous à présent, 1,5km de descente cool et un peu plus d’1km de faux plat montant avec, entre les deux, un point d’eau. La première partie de la descente nous nous refaisons un peu la cerise avec belette, inutile d’attaquer de suite, il faut d’abord relâcher les quadris qui ont bien souffert. A la faveur d’une partie un peu plus technique nous remontons un binôme et une fois la piste élargie nous le doublons. Le premier point d’eau arrive alors. Il faudra presqu’une minute à ma belette pour étancher sa soif, une paire de binômes sont alors plus rapide que nous à la sortie des stands, mais nous les reprenons sur les premiers hectomètres du faux plat montant. Nous naviguons alors au sein d’un petit groupe de 4 canicrosseurs durant toute cette dernière ascension. Arrivé en haut de la bosse, on s’est bien préservé et ma belette se met à relancer. C’est parti pour 1km de piste en descente, alors là on met le paquet, amené par une Zazaw des grands jours la vitesse augmente peu à peu pour atteindre rapidement les 19km/h. Nous nous éloignons de notre petit groupe suivi de très près par le binôme qui nous avait repris durant la première grimpette.

Nous voici à présent à la Chapelle St Laurent le temps de faire boire belette et hop nous voilà lancés sur un single un peu plus technique. On est assez à la limite de la sortie de piste par moment, mais j’arrive malgré tout à suivre belette sur cette portion, la correctionnelle n’est cependant pas passé loin puisqu’à deux reprises la cheville a vrillé. Mais on se retrouve sain et sauf sur la piste pour deux kilomètres de descente bien roulante. Toujours cette belle traction de ma toutoune qui me permet d’avaler ces 2km de piste à 17 voir 18km/h. Ça tape un peu dans les cuissots mais quel régal que de nous voir plonger vers la mer à belle vitesse. Je prends plus le temps de savourer ce magnifique paysage que dans la côte où je tournais le dos au panorama. Entouré de chênes séculaires, nous commençons alors à apercevoir le château de Valmy. Il ne nous manque à présent que 500 mètres à faire pour être rendu sous l’arche. C’est alors que le binôme qui nous suivait passe une vitesse de plus, ou bien c’est nous qui rétrogradons dans cette dernière bosse. Le fait est qu’il s’éloigne un peu plus à chacune de nos foulées. Belette fatigue un peu et de mon côté je cale aussi dans cette dernière bosse.

Peu avant l’entrée du château j’aperçois Pascale, l’organisatrice du Trail de la Massane, et c’est sous ses encouragements que nous entrons dans le parc. Les 200 derniers mètres se feront assez tranquillement, impossible de revenir devant et personne derrière, on se laisse aller avec belette vers l’arche. Elle a mérité un gros câlin ma Zazaw, il y avait bien longtemps, depuis les championnats de France à Limoges, qu’elle n’avait pas envoyé de pâté de la sorte. Direction la fontaine du parc histoire qu’elle se remette de sa course et nous allons nous enquérir des résultats. Après une courte attente les voici… Roulement de tambours … Et hop nous sommes 5ème au scratch et 2ème Master 1. Devant ça a pédalé sévère. Jérôme et le premier nous ont collé 4 minutes dans le cornet et Bruno nous en a mis 2, ça a super bien cavalé ! Un jour faudra quand même leur coller une rouste à ces catalans, ça fait quand même deux à zéro pour eux 😀 .

S’en suivra une belle après midi en compagnie de Béa sur le stand de la station trail de Maury et ce sera un retour au bercail avec un repos bien mérité pour ma belette. Après cette intermède, reprise de la prépa Ultra Marin avec un autre dossard intermédiaire au Duo de l’Hermitage avec tous les copains de la Team CimAlp !

To Be Continued…

Commentaires

commentaire(s)