Ronde givrée

rondeDimanche 29 janvier : Cinq heures du mat’ j’ai des frissons. Je claque des dents et je … me prépare pour filer à Castres disputer la ronde givrée, épreuve à faire en relais, avec mes coéquipiers (pour un relais c’est mieux) et deux autres équipes du groupe d’entrainement. La veille Isa a bien lancé le weekend du groupe puisqu’elle a réalisé un très bon chrono sur le 800 des régionaux élites de la Nouvelle Aquitaine sur lesquels elle était engagée en hors compétition. Maintenant « Yapluka » prendre la route, il est 6h30 et nous prenons la route direction Castres-City ! La ronde givrée c’est quoi donc exactement ? Il s’agit d’une course longue de 60km séquencée en 4 partie, un premier relais de 15km sur lequel je vais m’aligner annoncé comme tout plat et 100% route, un deuxième de 10km idem plat et route ce sera Bérengère qui parcourra cette portion, un relais de 15km vallonné celui-ci et ça c’est pour Jean-Michel, enfin Marjo prendra les 18 derniers kilos typés trail. Voilà sur le papier ce que ça donne. Les deux autres relais seront composés dans l’ordre de passage de Kent, Julien, Marine et Arthur, pour la seconde équipe, et d’Emilien, Théo, Seb et Romain pour la 3ème.
Arrivé sur place, grosse organisation, parking coureurs au pied du départ, retrait des dossards fait en 2/2, grande salle dans laquelle auront lieu les passages de relais bref rien n’est laissé au hasard pour accueillir au mieux les 410 équipes participantes, ce qui en fait la plus grosse course en relais de France.

departLe temps est certes frais à cette heure mais l’absence de vent et le soleil qui pointe le bout de son nez me font ressortir le short, je sais que je pars sur un exercice que je ne maîtrise absolument pas et du coup j’insiste pas mal sur l’échauffement car je sais que ça va partir plein gaz et étant donné que mon ischio a fait des siennes cette semaine je préfère mettre le plus de chances de mon côté. Après s’être encouragés les uns les autres, avoir salués des potos de ci de là, Kent, Emilien et moi prenons la direction de l’arche de départ en première et en seconde ligne. Sous l’arche, bah il y a du monde … 410 si vous avez suivi, et aussitôt les derniers mots du discours prononcés par l’organisation… BIM les fauves sont lâchés. Histoire de ne pas me faire bousculer je pousse bien sur mes appuis et me lance parmi les 15 premiers, mais non de non il y a bien longtemps que je n’avais pas pris un départ de ce style, au bout de 2 ou 300 mètres je lève un peu le pied, devant c’est déja très étiré et pourtant je ne suis pas loin des 20km/h, une chose est sure c’est que si rapidement je ne ralentis pas, c’est l’explosion assurée avant le 5ème kil. Le premier kil est franchi en 3’28 » ouf, toujours en prépa pour les 100km de l’ultra de Barcelonne fin mars, c’est un tempo que je n’aborde que très rarement en ce moment.

Ronde givréeLe pire c’est que devant c’est déjà loin et très loin même, pour le premier, que j’aperçois à la faveur d’une ligne droite. Pour ce qui est du parcours, je m’attendais à un tracé dans le style d’un 10km labellisé c’est à dire bien plat, ben pour le plat on repassera. Alors attention nul besoin des bâtons non plus, c’est pas l’UTMB, pas de grosses bosses, mais une succession de toutes petites bosses qui me cassent le tempo dès que j’arrive à le poser. Un peu avant le 2ème kil, Kent m’a rejoint, Emilien lui est loin devant, on échange 2 ou 3 mots, il va plus vite, je mets mon casque et hop, je me fait la course en musique ! Il y a maintenant un peu moins de monde sur les bords de route et la musique m’évite de me disperser, et surtout d’être gêné par les respirations des autres coureurs ou les impacts de leurs foulées, au moins je n’ai aucune tentation de faire du mimétisme non intentionnel.

relaisLes kilomètres défilent au bord de l’Agout, je passe au 5ème en 19′ très content de moi, quand 1 kilomètre plus loin je vois la tête de course revenir vers moi, il y a un demi tour qui s’opère au 7ème kilo, ce qui veux dire que le premier m’a mis un peu plus de 2 kils en 6km… On est peu de chose quand même ! Derrière lui c’est bien plus espacé mais dans le top 10 j’aperçois Emilien en pleine forme ! j’entame alors le passage derrière l’église et à mon tour croise le flot des coureurs. C’est bon pour le moral que de croiser autant de monde, on en reconnait certains, on les encourage, on se fait encourager , bref ça rebooste. Par moment je sens un peu mon ischio qui me fait un petit rappel à l’ordre si l’allure ne lui convient pas mais dans l’ensemble tout va bien. Passage au 10km en 39’10 », yes content surtout vu les « aspérités » du parcours. A la sortie d’un virage, vers le 11ème kilomètre, la bosse de trop, elle fait 150m environ, mais son pourcentage surement à 2 chiffres me détruit le rythme, et derrière impossible de le reprendre, surtout que maintenant la fin de course se joue sur un chemin constitué de sablette.

arriveJ’ai beau essayer de remettre du rythme impossible, même l’ischio s’y met en commençant à lancer de gros signaux. heureusement que la zone de passage se fait de plus en plus proche car ma moyenne oscillait entre 4’10 et 4’20, je perd sur cette portion là quelques places. Enfin le Parc des expos, je rentre dans la salle, et hop Bérengère file sur son 10km… Ouf il était temps. Bilan 1h01 sur les 15,1 km du parcours, et une 44ème place sur l’étape ! 48′ minutes plus tard revoilà Bérengère, c’est Jean-Michel qui file sur son 15km qu’il bouclera en 1h07, enfin Marjo s’en va sur son 18 et là l’attente. On ne sait pas combien nous sommes sur le classement mixte 2. Les premières équipes rentrent, Romain arrive alors et embarque pour les 700 mètres communs Théo, Emilien et Seb… Bim 6ème équipe au scratch et 3ème Sénior ! Et un podium, un …

podiumUne équipe mixte 2 franchie la ligne, puis une deuxième, puis … C’est Marjo qui arrive 1h38 après être partie, nous bouclons notre tour de 700m et Hop-là : 84ème au scratch mais surtout 3ème équipe mixte 2 ! Et un autre podium !!! Côté 3ème équipe Arthur, Julien, Marine et Kent en finissent à la 136ème place scratch, belle perf avec un Arthur grippé au possible. Superbe journée qui va se conclure comme il se doit par la traditionnelle récup que tout le monde nous envie.

Mais pendant ce temps là d’autres athlètes du groupe était engagés sur d’autres épreuves, Alima, retenue en équipe de France militaire de Cross-country signe une 7ème place et une première en équipe.

Marcelin engagé sur le trail des Drailles du Lançon (ça ne s’invente pas) signe une victoire ex-aequo sur le 35km.

Claire remporte le trail de Bize dans la catégorie junior fille, quand à Philippe il boucle au mental ce même trail avec une entorse faîte dès les premiers kilomètres.

Prochaine course surement fin février, il faut laisser le temps à l’ischio de bien se remettre, de commencer aussi à avaler un peu de long, et puis petit à petit de se mettre du bon D+ dans les guiboles car le 25 mars l’Ultra Trail Barcelona et ses 100km ne feront pas de cadeaux !

To Be Continued …

Crédit photos RunningMag et DR

 

fin

Commentaires

commentaire(s)