Salomon Ultra Pirineu 2019

Vendredi 4 octobre 2019 : On pourrait sous-titrer cet Ultra Pirineu mouture 2019 « le retour aux sources ». C’est là en 2016, si t’as le temps de lire tu cliques ici, que j’avais réalisé mon premier Ultra en montagne. A cette époque, pas si lointaine au final juste 3 ans, je ne connaissais pas cette course et j’avais bénéficié d’une invitation de Santiago, un ami canicrosseur malheureusement décédé depuis. Les paysages, l’ambiance, cet effort si spécial, c’est tout ceci qui m’a donné envie depuis lors d’arpenter quelques massifs et qui m’a amené sur le Tor des Géants en 2018. En gros cet ultra a été un catalyseur. Bon c’était pour situer la valeur qu’à cette course à mes yeux. Cela dit, faute de temps, depuis l’ultra marin fin juin, je me suis certes entretenu, mais ma plus longue sortie s’est borné à 30km et 1500D+ trois semaines avant, avec un kilométrage hebdomadaire moyen autour de la quarantaine… Connaissant la technicité, et les pourcentages qu’il va falloir affronter autant dire que j’y vais un peu en string. En même temps je me dis que ce sera un bon test, à condition de ne pas me faire le moindre bobo, puisque le 25 octobre j’ai la chance de pouvoir participer au XX’trem Larzac Cévennes, un joyeux 200km organisé dans le cadre des 10 ans du Festival des Hospitaliers… Bref wait and see !

Mais bon on va peut être attaquer … Donc je reprends, vendredi 4 octobre 2019 14 h : Départ de « Moussoulens Beach » avec Fabrice dans le camion-dodo du Papa d’Isa et feu, direction Bagà pour rejoindre Théo qui nous fera l’assistance durant toute la course. Après un peu plus de 3h de route, nous voilà garés pour à entre une maison de retraite et un pré avec des chevaux, y a plus bruyant comme endroit. Retrait des dossards check, retrait des dotations check, il est temps d’aller taquiner la gastronomie locale, enfin non, ce sera sandwichs et bières. Après quelques tournées, au lit ! Non parce que tout à l’heure il va falloir mettre le réveil à 3h45 pour un départ à 5h30, donc bon, on ne va pas non plus trop trainer…. Un peu quand même. Tit tit tit (cherchez pas c’est le réveil), ça pique un peu mais très vite la forme prend le dessus et surprise pas ou peu de douleurs tendineuses au réveil, c’est bon ça ! Dernier check au Camel, au sac d’assistance et nous voilà partis vers le sas de départ. La fin des enregistrements se fait à 5h20, mais nous avons beau arriver bien avant, il nous faudra nous contenter d’une place dans le dernier tiers du peloton et là je sais que nous nous préparons une première partie, comme dirait Bézu, à la queuleuleu. Petite parenthèse si vous ne connaissez pas Bézu je vous invite à consulter sa vie, son oeuvre ici.

Les derniers participants arrivent sur la place de Bagà et se massent derrière nous, enfin certains se faufilent, l’ambiance, elle, monte d’un cran, de deux même, de trois … Et BIM Les plus de 1100 participants sont lâchés dans les rues ! Toutes frontales allumées ça dévale la calade. Enfin ça dévale, les premiers oui, mais nous c’est un stop, puis un restart, puis un stop. Arrivé sur l’avenue principale j’accélère pour essayer de me placer, il y a d’avantage de monde, mais bons nombres de coureurs font pareil que moi. Dans moins d’un kilomètre ce sera le single, et ce qui devait arriver arriva, son entrée fut synonyme de bouchon digne du périf parisien. C’est vraiment une chose que je déteste sur les courses et c’est une des premières raisons pour laquelle je ne suis pas fan des grands rassemblements trailistiques (non non je ne citerai pas noms). Tant pis, il va falloir prendre son mal en patience et accepter de perdre du temps et quelques grammes de calme.

Départ => U1 : Le U1 c’est le premier point de ravitaillement situé à seulement 8km du départ, sa particularité c’est qu’il y a un peu plus de 1000m de dénivelé pour l’atteindre. Bon mais voilà, c’est en file indienne que ça se passe. Dans l’absolu je n’aurai quasiment pas eu besoin de ma frontale tant les premiers hectomètres se font en mode sardines. Je peste de prendre des stops, je peste d’en voir certains couper les trajectoires, mais heureusement une légères portion de piste me permet d’accélérer un peu et de sortir du trafic. C’est pas encore le Pérou, évidemment on est en Espagne, mais ce tronçon plus roulant à permis de fluidifier la course. A l’entame d’un autre single il y a moins d’à-coups. Gros avantage de cette première partie c’est qu’à aucun moment je ne m’emballerais et du coup les 1000 mètres de D+ passent comme une lettre à la Poste (enfin mieux, parce que côté Poste, c’est pas toujours ça !). Me voilà donc au premier ravito, et ben comme dirait l’autre… Y a du monde ! Juste le temps de remplir les gourdes, d’attraper une banane et hop je file. Il m’aura quand même fallu un peu plus d’1h30 pour parcourir ces 8km.

U1 => U2 : Ouf, me voilà enfin sorti de la cohue, la course peut maintenant commencer. Enfin de l’espace et je serai seul maître de mon tempo. Bon là devant nous maintenant il y a une arrivée au sommet un petit 6km et plus de 900m D+. En gros pour rejoindre le U2 depuis le départ, ben tu avales un double KV en guise de petit Dej. J’arpente les derniers sous-bois avec un réel plaisir maintenant et profite de chaque seconde. Tout répond bien y compris les bâtons que je n’ai pourtant quasiment plus touché depuis un an. Au fil de la grimpette la végétation se raréfie en même temps que le jour pointe le bout de son nez. Les paysages alors se dévoilent peu à peu, je sais maintenant pourquoi je suis venu. A la sortie du dernier passage à couvert des cloches résonnent au-dessus de nos têtes. En portant mon regard sur elles, j’aperçois alors un isard qui crapahute sur les hauteurs de la Molina, un léger instant de pause le temps qu’il ne disparaisse et on rentre dans le vif du sujet. De longs passages à plus de 25% se dressent devant, mais de part et d’autres du chemin il y a toujours ces mêmes spectateurs qui te transposent dans la peau d’un champion du monde tellement ils t’acclament. Poc a Poc, comme ils disent, j’avance à mon rythme et découvre alors une mer de nuage avec le soleil qui se hisse petit à petit au dessus en dévoilant à chaque instant sa palette chromatique, bordel je fais presque de la poésie ! Non sérieux c’était juste magnifique cette vue. Mine de rien le temps passe et les kilomètres défilent quand j’aperçois le haut de la station. Hey-hey d’ailleurs voilà Théo. Sac de ravito sur le dos, le voilà qui franchit le dernier hectomètre avec moi pour rejoindre le U2. Le temps de balancer 3 conneries dans sa Go-Pro, d’avaler, ben d’ailleurs je ne sais même plus quoi j’ai du mélanger bananes et saucisson surement, le plein des gourdes, que ça c’est important pour la suite, et BIM droit dans la pente, mais en descente ce coup-ci.

U2 => U3 : Au programme maintenant 15km un petit 500D+ et surtout 1500D-. Et ça attaque direct par un single technique et par endroit bien raide. Cela dit ça fait du bien de descendre et les jambes répondent parfaitement même si il faut rester concentrer. En même temps impossible de ne pas bader cette vue qui s’offre moi, une mer de nuage de part et d’autres et les montagnes qui défilent tout autour. J’ai par moment l’impression de me retrouver sur le Tor, qu’est ce que ça me manquait en fait de gambader sur des sommets. Deux, trois petites bosses à 20% d’avalées, et me voilà sur de la piste en pente douce cerné par la forêt qui a repris ses droits au fur et à mesure que l’altitude baissait. Pas très friand de piste à l’accoutumée je dois dire que ça fait du bien à la fois aux guiboles mais aussi au cerveau. L’attention peut enfin se relâcher et je peux dérouler sans pour autant m’enflammer le pissou. Il faut toujours garder à l’esprit qu’on aura besoin de jus sous peu et ce jusqu’à la fin de la course. Une « petite » bosse et me voilà sur le U3 où je retrouve Théo flanqué de son Bob Cochonou. Il commence à faire chaud et les yeux commencent un peu à me piquer à cause du sel. Après pour le reste, un peu de fatigue, mais juste normal après 30km et 2500D+. Quelques sandwichs, un pepsi, des bonbons et Zou c’est reparti pour un peu de grimpette.

U3 => U4 : Ils sont très rapprochés ces deux ravitos à peine 4km les séparent et un petit, enfin quand tu dis petit là bas t’as vite fait de prendre 200D+ sur 1,5km, Up&Down. Pas grand chose à dire sur ce passage, même si la grimpette qui suis le ravito me laisse et me laissera quelques séquelles. En cause la chaleur qui me fait monter en température et peut être un tempo trop rapide. Heureusement la descente vers le U4 se fait en grande partie dans le sous-bois et qu’elle n’est pas technique, elle me permet ainsi de dérouler tranquillou et de me refaire la cerise avant d’entrer à Cortals où se tient le U4. Quelques poignées de bonbons et inutile de trainer c’est reparti pour un joli chantier.

U4 => U5 : Parti sur un faux plat montant je sens rapidement que les forces baissent. Ok ça fait près de 6 heures 30 que je suis en course et je paie mon manque de sortie longue. Viennent alors les doutes et les questions. Il reste quasiment 60km à parcourir et compte tenu de l’orgie finale qui m’attend ça risque d’être compliqué. Je marque une petite pause à l’écart du parcours, histoire de m’isoler un peu et de couper avec la course. Je lis quelques messages d’encouragement qui me sont parvenus, regarde quelques photos de mes deux Grands et après 5 à 10 bonnes minutes je chausse mon MP3 et me remets dans la danse. Ce sont maintenant les bâtons qui rythment ma cours et non plus les jambes, je passe les bosses en mode rando et trottine légèrement sur le peu de descentes qui s’offrent à moi, un peu pour récupérer mais aussi parce que je suis tout simplement cuit. Le soleil continue de cogner, il me vaudra d’ailleurs quelques rougeurs, mais sur certains passages en crêtes, tout transpirant que je suis, quand celui-ci se met à l’abri et que le vent prend le relais ce sont des frissons qui me saisissent. 8h20 de course pour 40km de parcourus et j’arrive sur un sommet à 2200m. Ouf, maintenant je peux dérouler un peu même si la descente est quelque peu caillouteuse, elle passe malgré une alternance course/marche. Mais j’ai quand même du mal à me projeter sur la suite, j’ai du mal à envisager la grimpette qui me tend les bras après le U5, du Dré dans le Pentu pendant 2km. Une moyenne de 30% d’inclinaison, bref une partie de santé. Plus le ravito d’Aguilo approche, moins je me le sens. En parlant d’Aguilo, justement je l’aperçois et j’y vais un peu à reculons. Il y a pas mal de monde dedans, mais toujours ces bénévoles si prévenants et plein d’enthousiasme. Je dois avoir une tête des grands jours, puisque l’un d’entre eux me dévisage, s’approche puis me parle en Espagnol. Je lui réponds « no entiendes, frances » Il me regarde en souriant et me lance un « ça va ? ». Avec un petit sourire crispé je lui fait comprendre que j’ai déjà été mieux mais que ça va revenir. Je squatte une dizaine de minutes sur place avale un peu de tout (merci mon estomac d’accepter tout ceci), je bois même un Red Bull espérant qu’il me donne un petit coup de fouet.

U5 => U6 : Il y a devant moi un sacré morcif, 2km et 450m D+. Puis ce sera de la descente plus ou moins douce pour rejoindre Théo sur le prochain ravito au kilomètre 58. « Et qu’importe le temps et qu’importe le vent – Et j’avance en titubant oui j’avance en titubant – Comment te dire ce que je ressens ? – Comment faire pour faire autrement que ça ? » J’ai beau avoir quitté mon Mp3 que Boulevard des airs vient résonner dans ma tête. C’est tout à fait ça sur ce premier kilomètre de grimpette j’avance tel un bigorneau paraplégique. J’évite de regarder le sommet qui parait si haut et si lointain. Je marque alors comme la dernière fois une pause un peu à l’écart du chemin. Je n’ai pas envie que les autres coureurs me demandent si ça va. Juste envie d’être seul et de rassembler quelques forces. Inutile de penser à tout l’entrainement qui n’a pas été fait, maintenant c’est dans la tête que ça va se passer. Je ne reste pas trop longtemps histoire que mon tendon d’Achille ne refroidisse trop, mais ces quelques minutes d’isolement m’ont refait. J’attaque le 2ème kil de grimpette plus serein. D’ailleurs peu à peu un certain tempo s’installe, une rythmique. C’est maintenant Gaëtan Roussel qui vient raisonner dans ma tête « Une minute après l’autre – Chaque jour reste le nôtre – Une heure après l’autre – Chaque jour reste le nôtre – Un pied devant l’autre – Chaque jour reste le nôtre – C’est vrai, la distance nous fait un petit peu peur – Un peu de hauteur, un peu de grandeur… ». Elle colle complètement à cette partie de la course, me redonne la banane, et chemin faisant me voilà à 2500m d’altitude près à basculer vers Gosol. Je marche un peu, puis peu à peu, profitant de la pente douce me remets à trotter. Ce n’est plus un mur que j’ai devant moi, mais la vallée qui me tend les bras. Les 10km qui me manquaient pour rallier Gosol vont défiler (enfin sur un ultra c’est relatif), mais je vais arriver à tout trotter sans qu’à aucun moment la machine ne défaille. C’est revenu, j’ai passé mon trou noir… Maintenant ça va tenir ! En arrivant dans Gosol j’aperçois Théo assis sur une chaise de camping le nez sur son portable. Je l’appelle, rien … Je crie Cochonou !!! et là en sursaut le voilà qui se réveille d’une sieste improvisée en plein milieu de la rue. Il rassemble en 2/2 ses affaires et m’accompagne jusqu’au ravito. Je m’assoie sur sa chaise et il se met à mes petits soins et c’est vraiment appréciable. J’avale une assiette de pâtes pendant que Théo me refait le plein des gourdes, je change de tee-shirt et embarque tout le matériel obligatoire pour la suite de la course, ma veste thermique, mes frontales et un collant long. 15 minutes plus tard me voilà reparti bien refait.

U6 => U7 : A la sortie de Gosol je m’arrête quelques minutes pour passer un coup de fil à Isa et lui souhaiter une belle course le lendemain. Elle participe aux Championnats de France de 10km et elle réalisera par ailleurs son record perso. Sur les 9km à venir je sais que la machine va pouvoir bien tenir, une belle bosse avant de rejoindre Estasen marque la seule vraie difficulté de cette portion. Calé sur un train de sénateur les kilomètres s’avalent plutôt bien tout en gestion. C’est bien plaisant d’avaler cette portion de la sorte, d’autant qu’il y a 3 ans c’est là que les problèmes de genoux m’avaient empêché de trotter. Du coup je trouve le parcours beaucoup moins long que ce à quoi je m’attendais. La dernière côte avant le U7 est quand même bien sévère avec des passages à plus de 30%. Mais calé sur mes bâtons elle se passe. J’entre alors sous la tente chauffée du ravito et commence à préparer mes affaires pour la nuit qui commence à tomber en même temps que la fraîcheur. Je vais alors remplir mes gourdes quand j’entends en français un « on se connait » … Je lève la tête, marque un blocage de quelques seconde et reconnais l’épouse de Santiago. Je passe alors de l’autre côté de la table et nous tombons dans les bras l’un de l’autre. Pas besoin de mots sur le moment l’émotion est partagée malgré le temps qui est passé. Un moment un peu hors du temps qui se créé et qui nous permet de raviver sa mémoire. Lui qui m’avait mis le pied à l’étrier sur cette course il y a trois ans est au final toujours bien présent. Petit instant difficile que de nous quitter, on avait surement beaucoup plus de chose à se dire, mais impossible de trop refroidir le moteur… Il faut partir. J’enfile la veste thermique, chausse la frontale et après un geste de la main fonce dans la descente vers Gresolet.

U7 => U8 : Cette descente il y a 3 ans avait été un calvaire. A chaque impact le genoux gauche me suppliait d’arrêter. De plus en 2016 il avait plu et le terrain déjà bien technique en était devenu glissant. Cette année pas de pluie, d’ailleurs une météo parfaite pour l’instant. Certes le single est toujours aussi technique mais pour le coup je le trotte de bout en bout. Je retrouve même un certain dynamisme qui me permet de gérer les petits pièges du tracé. Depuis le début de la descente j’entends les fous furieux de Gresolet hurler dans le micro sans discontinuer. C’est bon ils sont toujours là et rien n’a changé en 3 ans. Arrivé sous la tente malgré cette ambiance complètement décalée je décide de filer car le froid est en train de tomber et avec la transpiration il ne fait pas bon ménage. Du coup BIM on repart dans le pentu.

U8 => U9 : 10km me sépare du prochain ravito et de Théo. Premier round 2km et près de 400m de D+. Le parcours a un peu changé et c’est parmi les caillasse d’un ancien lit de rivière qu’on remonte la pente. Je remonte pas mal de monde dans cette ascension, non pas que je mette les bouchés doubles, ce sont les autres qui tombent un peu comme des mouches. Par moment ça vomi, à d’autres ça s’arrête de longues minutes, de mon côté je tiens la forme et c’est de bonne augure pour ce qui m’attend. Arrivé au sommet, c’est le moment de se refaire la cerise. Devant moi 8km en pente plus ou moins douce avec un peu de piste qui là encore sera la bienvenue. C’est le moment de se laisser glisser et ça passe. Par moment les quadris chauffent un peu, je pars alors sur une centaine de mètres à la marche puis ça repart sur un train train bien régulier tout en aisance. Je ne trouve même pas le temps long, pourtant certaines portions pourraient sembler monotones mais non je suis dans mes pensées, profite de la nuit et de son ambiance spéciale. Je n’ai pas froid, ni faim. On n’est pas bien là ! Et c’est tout en cheminant avec la banane que j’arrive au U9 et me pose aux côtés de Théo qui une fois de plus est à mes petits soins. Je reste là une dizaine de minutes assis à papoter et GO ! Maintenant c’est direction le Boss final… The Big Boss même.

U9 => U10 : 14km avant l’arrivée et seulement 4 avant le prochain ravito… Mais devant moi il y a le monstre de l’ultra Pirineu. 4km donc et 750m D+ le tout à remonter à moitié dans une rivière de montagne qui elle coule avec des marches parfois hautes de 90cm bien glissantes. Le genre de tracé que tu trouves éreintant en temps normal, mais là avec plus de 80 bornes dans les pattes finissent de te sécher. En 2016 je crois que j’avais mis 5h pour faire les 14 derniers kilomètres, j’espère en mettre bien moins cette année étant donné que malgré la fatigue qui pointe tous les autres voyants sont au vert. Il va quand même me falloir 1h20 pour franchir ce mur. Dans ces cas là la patience est de mise, il faut prendre les choses les unes après les autres et ne pas chercher à se projeter. Et surtout il faut rester vigilant à chaque appuis notamment ceux en proximité de rivière. Une chute peut très vite arrivée et sans même parler de blessures potentielle tomber dans la flotte à cette heure compromettrait inéluctablement la suite de la course. Et comme à chaque fois, ayant mis un pied après l’autre et ayant évité tous les pièges j’arrive au dernier ravito avant l’arrivée. Inutile de trainer, non seulement c’est en plein vent mais surtout plus que 10km avant l’arrivée. Il y a certes une surprise au milieu mais on peut dire que la partie est quasiment jouée.

U10 => Arrivée : Je décide de marcher sur la descente qui vient. 1km5 pris à la marche ça m’aidera à la fois à franchir le petit mur d’un kilomètre pour 200D+ qu’il reste. Accompagné de deux autres coureurs, sans mots dire nous descendons au pied de la dernière bosse. C’est un peu le mur des lamentations, ça souffle fort, plus personne ne parle, je remonte quelques personnes qui ne s’attendaient pas à ça et doivent se maudire intérieurement d’avoir perdu le peu de jus qu’il leur restait dans la descente précédente. A nouveau des coureurs sont pris de vomissements lié à ce dernier effort. Connaître le parcours dans ces cas là est une chance. J’espère à ce moment là que Fabrice se sera souvenu de ce que je lui avais dit concernant la fin. En levant la tête j’aperçoit quelques frontales qui marchent à plat… Ça y est la fin est proche on va retrouver de la piste et que de la descente jusqu’à Bagà. Je relâche un peu la pression qui pèse sur les cuissots en me posant quelques minutes et Zou me voilà parti pour 8km en pente, presque, douce. Par moment je place un ou deux hectomètres à la marche car mine de rien ça tape, mais à 90% je cours tout. Je reprend d’ailleurs un peu de monde et c’est grisant quelque part que de pouvoir à la fois courir et de jouer un peu à Pac Man en sautant de frontales en frontales. Fini la piste, 2km de route, puis single à droite c’est plat, ça trotte encore, et j’aperçois les lumières de Bagà. Plus que 1500 mètres ! Je viens alors de reprendre une bonne dizaine de coureurs et je n’ai pas envie de me laisser doubler à nouveau. J’augmente encore le tempo quand quelqu’un sort d’une voiture en criant. C’est Théo ! Il prend le sac et trotte à mes côtés. Devant nous une côte qui m’avait paru elle aussi interminable 3 ans plus tôt se fait avaler d’un trait. Les escaliers, du monde dans les rues malgré l’heure, du bruit… L’arche. Je lève les bras, malgré une 500 et quelqu’ième place, c’est fait après un peu moins de 21h30 d’effort le géant Catalan est à nouveau vaincu.

Aussitôt il me vient quelques mots : « De la Bière ! » … Et là Théo à le bon réflexe puisqu’il m’amène une pinte des familles. La récup peut s’amorcer. Je fais un rapide état des lieux, pas de bobos, j’ai souffert certes par moment mais au final la forme est bien revenue et le tendon ne m’a pas trop gêné, mais surtout j’en ai pris plein les mirettes. 45 minutes plus tard voilà que Fab arrive, il ne s’est pas fait piéger et a réalisé une très belle course. Du coup faut fêter ça ! Allez hop Binouze … Une bonne douche et il sera temps d’aller attraper un sommeil bien mérité. Je tombe comme une masse bien heureux d’avoir franchi une étape de plus dans le plaisir et avec les copains.

Prochaine étape le 25 octobre sur le XX’trem Larzac Cévennes avec ses 200km et ses 9000D+. Là on va dans l’inconnu car le parcours est tout neuf mais l’ultra pirineu aura indéniablement apporté sa pierre dans une préparation qui n’en était pas une.

To Be Continued…

Commentaires

commentaire(s)