Championnats d’Europe de canicross

Dans la nuit du 10 au 11 octobre, vers 3 heures du matin, direction Porrentruy en Suisse pour les Championnats d’Europe de Canicross. Certes la température avait déjà commencé à baisser dans le sud, mais c’est un peu en mode Rasta Rocket que je déboulais en Suisse.

Arrivé sur place, après avoir rejoins les amis qui étaient arrivés la veille au soir pour certains, première constatation, Woodstock 1969, ben comment dire, à côté c’était la sécheresse… 3 jours de pluie avaient rendu le terrain un peu comme une marre aux canards. Un petit coin de pelouse (bien engorgée) aux côtés de Mel et JD suffira pour monter la tente et installer le campement.

Dossard retiré, contrôle véto check, un petit repas rapide, une reco de la boucle de 2,7km et le vendredi est rapidement passé, place maintenant à un sommeil réparateur avant la première manche de samedi.

La première partie de ces championnats se présente sous la forme d’une course de 2,7 km avec un départ en contre la montre. C’est à 13h50 que nous devons nous élancer avec Jazz.

Après un échauffement assez conséquent (en cause la forte canicule Suisse, 3 petits degrés au réveil), direction la « chambre d’appel ». Jazz ne semble pas impressionné par la taille et le poids des autres chiens (certains sont de véritables poneys), lui habituellement si calme commence à s’affirmer en sortant des grognements gutturaux à leur approche.

Peu à peu nous nous avançons vers la ligne de départ où le chrono s’égrène et lâche un bip toutes les 30 secondes. Enfin c’est à nous… Jazz démarre sur les chapeaux deux roues et j’enchaîne pas mal derrière, les speedcross de Salomon s’avèrent être un choix judicieux, mais malgré leurs crampons proéminents, bah comment dire, ça gliiiiiiissssse …. Très rapidement Jazz, lâche l’affaire, mais je tiens un bon tempo puisque nous bouclerons le premier kilo en 3’28 » dans la bouillasse.

Arrivé en sous bois, le terrain est encore plus chargé et lourd, j’ai un peu de mal à encaisser et à l’approche de « la difficulté » (une côte de 150m dans la glaise) je ne trouve plus mes appuis. Jazz ne tractant pas, la montée s’avère difficile et arrivé au sommet j’ai les quadri qui dansent un peu la carmagnole ! Il me faudra une bonne 20aine de mètres pour relancer la machine et sprinter jusqu’à la ligne d’arrivée. Bilan un temps de 10’35 » (soit une moyenne de 15,4km/h) et une 18ème place dans la catégorie. Les premiers se sont déjà envolés mais compte tenu du niveau je suis quand même satisfait de notre prestation, en espérant un réveil de Jazz pour le lendemain.

Le lendemain, c’est magique Internet pour ça, on y est déjà. Après un repas pris entre amis la veille au chaud et une nuit des plus humides, le réveil se passe malgré tout d’une excellente manière, la nuit a été réparatrice.

L’échauffement là encore est complet (quasiment une heure), non seulement pour réveiller les muscles, mais surtout pour palier au froid ambiant. D’ailleurs les VTTistes partis avant nous arrivent congelés.

C’est un mass start qui nous attend ce matin (entendre par là un départ groupé) et à midi nous voilà dans l’arène au milieu des autres binômes, paré à en découdre sur 5,7km et remonter quelques places au classement général.

Jazz à l’air en forme ce midi et se montre de plus en plus intransigeant envers les autres chiens. Midi Dix, les fauves sont lâchés…

J’effectue un départ assez prudents car devant c’est un peu le bowling, pas moins de 4 concurrents iront goûter la boue de Porrentruy, ça glisse, se bouscule, s’emmêle, bref c’est un peu un mikado géant.

C’est en 3’43 » que nous passerons le premier kilo, certes les premiers sont déjà loin mais ma longe est toujours tendue et Jazz ne semble pas faiblir.

Mieux même peu à peu je le vois relancer même à l’entame d’une côte d’une centaine de mètre. J’en suis le premier surpris et continue mes encouragements à son égard, il est en train de se passer quelque chose. Peu à peu nous réussissons à remonter quelques concurrents, évitant les pièges naturels constitués d’eau et de boue et surprise, je jette un oeil au GPS, les 4ème kilo est passé en 3’38 », Jazz est à un tournant il a enfin compris qu’il fallait tracter… Par ailleurs rien ne le perturbe.

5ème kilo, revoilà la côté de la veille, certes il lâche un peu, mais la longe reste tendu et arrivé au sommet il relance, c’est une machine de guerre mon Jazz… Et c’est au sprint que nous terminerons notre course dans la gadoue en 23′ pour finir à la 16ème place du jour.

Au cumul des deux manches, nous resterons à la 18ème place. J’en suis parfaitement satisfait compte tenu du niveau de ma catégorie, mais au delà de tout ça, c’est plein d’émotion que je terminerai cette matinée, Jazz a été super ! C’est la première fois qu’il ne lâche rien sur une course et sans sa prestation nous n’aurions pas été classé à cette place.

Non sélectionné pour le relais, nous avons la chance de pouvoir composer un relais mixte avec JD et Elodie à 14h. C’est sans aucune pression que nous nous élancerons sur ce 3x1000m. JD et Tania au départ, puis Elodie et Floyd, enfin Jazz et moi à la conclusion… Sans aucune pression nous avons quand même réussi à péter le chrono… Mais au sens propre. En effet, JD et Elodie à 10 mètres de mon franchissement de ligne me rejoignent pour franchir la ligne d’arrivée ensemble et là, le chrono n’a pas aimé voir nos trois puces bipper ensemble… Bref on a pété le chrono, mais surtout on s’est éclaté sur ce relais où Jazz, pour le coup n’a rien fait, bah 2 heures après son excellent run il est tout excusé.

L’an prochain, ces championnats auront lieu en France et nous auront à coeur de grimper dans la hiérarchie, et sans nul doute à la vue des progrès de Jazz, nous seront présents !

Voir les résultats : Cliquez ici

Voir le parcours de 5,7km :

Commentaires

commentaire(s)