Trophée des Montagnes 2015 – Oz en Oisans – Le Bessay

depart ozSamedi 8 août 2015 : Et voilà on y est… Un an que j’attend de pouvoir participer à mon troisième TDM consécutif, 4 mois que j’ai pu reprendre des entraînements plus sérieux et rigoureux en vu de cette épreuve. C’est toujours avec un mélange d’anxiété et de plaisir que ça commence. D’abord il y a la joie de retrouver tous les amis canicrosseurs venus de près de 20 nations différentes, c’est un peu l’auberge espagnoles d’ailleurs en arrivant, on bargouine un peu espagnol, on essaie de parler allemand ou anglais, pour ce qui est du tchèque je n’y arrive jamais avant 3 heures du matin et une bonne quarantaine de bières par conséquent je parle plus souvent anglais avec eux… Et puis il y a la petite trouille du début, est ce que mes chevilles vont tenir ? est ce que ma Zawa sera dans le coup et va se faire plaisir ?… Bref c’est un peu comme enfant quand on attend Noël et que voilà, on est au pied du sapin dans les starts prêts à déballer les cadeaux.

Cette année Isa, Matthis et moi, inaugurons une nouvelle forme de TDM cette année, nous allons loger en appartement à Auris et effectuerons les trajets au quotidien, sauf le lundi soir où nous poserons les tentes à Saint Colomban afin de gratter un long trajet. Cette année Matthis est de la partie sur l’ensemble du mini trophée en catégorie Enfants 2 et cette formule semblait plus adaptée que l’itinérance. Bon du coup on va surement rater quelques apéros, mais le fait de disposer de la douche et des toilettes en rentrant compensera surement.

Oz 2La journée se passe avec le traditionnel controle véto, le retrait des dossards, et puis et puis peu à peu l’heure approche, 18h le briefing … Dans une heure c’est le départ, branle bas de combat ! Il faut fixer la puce au harnais de Zawa (nouveauté 2015) et puis faudrait peut être un peu penser à s’échauffer, les 6,4km avec 400 de D+ ne vont pas se faire comme ça. Et comme d’hab le stress qui monte un peu. Marrant ça d’ailleurs, j’ai quand même un poil de bouteille au niveau course, participé à pas mal de championnats, mais le TDM à cette saveur particulière qui fait que l’on part pour 10 courses, 9 jours et que tellement de grains de sables peuvent enrayer la machine que bon ben y a une certaine appréhension. Et puis la première étape des deux précédentes éditions, ben j’ai toujours foiré et là je crois que ça joue aussi. Y aura t-il le fameux « jamais deux sans trois ».

19 heures… On y est, premier départ en Mass-Start, Zawa et moi sommes dans la deuxième vagues de 40, tout autour ça aboie à tout va pour les quadrupèdes et ça stresse pas mal chez les bipèdes. Zawa comme d’hab est impec, un peu moins calme tout de même que lors de certains départ mais tant mieux un peu d’excitation ne sera que positif.

etape 1La première vague est partie, dans 60 secondes c’est à nous, 10, 5 et bim les fauves sont lâchés. D’entrée les longes s’entremêlent, certains finissent au sol, avec Zawa nous prenons le parti de doubler par la droite et de sortir tranquilou du trafic. Mais cette première bosse me casse le souffle et les quadris et arrivé au sommet il me faut une bonne centaine de mètres pour pouvoir à nouveau allonger la foulée sur la piste descendante. Le ton est donné ça va piquer !

Pour le moment c’est de la descente et ça normalement contrairement aux bosses je maîtrise. La partie piste, impec, nous remontons une bonne partie de ceux qui nous avaient devancés au départ. Et vient le sous bois en single. Je n’ai pas grand monde devant et en profite pour envoyer le mastic, au début ça passe crème, Zawa et moi nous faisons même flashé par le GPS à 2’54 sur le premier kil de single, mais sur un S je n’anticipe pas la trajectoire de Zawa, me dirige vers un buisson, le traverse, ahhhh y a un joli dévers de plus d’un mètre, chute et suis stoppé par un autre buisson un peu plus bas (merci buisson, je n’ai pas eu la curiosité de regarder derrière toi mais merci). Zawa a eu un peu peur mais elle repart, en route je révise un peu mon anatomie en comptant mes abatis, bon apparement tout est là donc Go ! Mais quelques centaines de mètres plus loin, une racine au milieu du chemin me pousse à nouveau face contre terre, ça commence à faire et mes jambes entre chutes et descente rapide piquent pas mal. Le bas des quadris commence un peu à « crispouiller ». (Message personnel à Yvon, merci de virer les racines des chemins et de goudronner certains single pour l’édition 2016, non mais on va pas se laisser embrouiller par la nature !).

Descente OzMaintenant ça monte et ça remonte pas mal, tant au niveau des canicrosseurs dont certains nous déposent royalement que dans la pente dont le pourcentage s’élève dangereusement. Et là le scénario des éditions précédentes se réitère, on boit la tasse, enfin je bois la tasse parce que ma Zazaw elle tient magnifiquement le coup, depuis le début la longe est en tension et on voit qu’elle n’a pas l’intention de s’arrêter là. Souvent elle m’envoie un petit coup d’oeil dans cette côte interminable histoire de me dire « bon là on est en rythme je m’ennui un peu, on fait quoi ? Je pars batifoler ou je continue à te tracter comme un vieux boulet ? » Je me contente de lui dire « Allez, devant ! » et elle continue à me hisser vers le haut, elle est bien ma Zazaw.

Avant le 5ème kilo, Isa partie pourtant 3 minutes après moi, me revient dessus, ça met un coup de boost supplémentaire à Zawa, mais en ce qui me concerne je suis en souffrance et j’ai du mal à lui emboiter le pas. D’ailleurs elle me distance rapidement d’une bonne centaine de mètres. Heureusement, passé le 5ème kil la pente se fait moins rugueuse, fini les portions à plus de 35%, et puis comme par enchantement ça descend enfin, j’arrive un peu à recoller vers Isa, mais comment dire en restant correct ? J’en bave !

Je sais que j’ai largement raté l’étape (jamais 2 sans 3), car tout autour les personnes qui m’entourent sont issus de vagues parties bien après moi, heureusement les encouragements qui se font de plus en plus présents en rentrant dans Oz me font oublier les cris de mes quadris et de mes fessiers. Il doit rester cent à deux cent mètres, Zawa est toujours au top, j’allonge la foulée au max en la dynamisant du mieux possible, et voyant l’arche je lance ce qui de loin pourrait ressembler à un sprint. Et Oufff fini. L’étape 1 est passée !

Bilan : 49’01, une 98ème place sur 246 partants, ça pourrait paraître pas mal, mais je suis déçu et les sensations ne sont pas bonnes… Cela dit on y est et on va continuer à avancer avec ma Zawa, non mais ! Et puis de la voir là prendre du plaisir à trotter avec moi, c’est juste tout ce qu’il me faut comme carburant pour continuer l’aventure.

De son côté Isa signe un super chrono de 46’59 avec une 81ème place au scratch à la clé, super entrée en matière pour le cru 2015 du TDM.

Il est maintenant 20h et des patates, retour à la voiture, 50′ de route pour regagner Auris, faut pas trainer car demain à 9h il y a l’Alpette en guise d’étape 2 à gravir et ensuite la première étape de mon Matthis l’aprem, donc vite, une binouze et au lit !

To be continued…

Commentaires

commentaire(s)