Trophée des Montagnes 2016 – Oz en Oisans – 1ère étape

DossardSamedi 6 août 2016 : Arrivés la veille sur Auris, qui sera notre camp de base pour toute la durée du TDM, Voilà que vers 14 heures Oz en Oisans se profile peu à peu au fil des virages. Un an déjà que l’édition 2015 s’est refermée, un an d’attente, parce que oui le TDM quand il se termine, il n’y plus qu’à gérer patiemment avant l’édition suivante. Une place de parking, on se gare, on descend les fauves direction le contrôle véto et c’est la plongée dans le grand bain, enfin nous voilà immergés dans l’édition 2016 du TDM. Petit à petit on retrouve des visages familiers, le CTNI, notre club, a envoyé une belle délégation cette année, Toute l’équipe d’orga est là, d’ailleurs Matthis s’empresse d’aller les voir pour leur proposer ses services qu’il assurera de main de maître chaque jour tout en faisant ses courses les après midi. Dans le désordre nous croisons, Richard, Flo, Olivier, Manue, la team Foubert, Benoît, Pablo, Lilian, Ludo, Neil, Sebastian… Impossible de tous vous citer les potos tant au fil des éditions de nouvelles amitiés se nouent, et étant donné que ce sera notre 4ème édition, bah ça fait du monde. Mais que l’on se rassure, le TDM c’est aussi une kyrielle de nouveaux visages qui rallongeront la liste des potos au fil des étapes.

en placeLe départ de cette première étape aura lieu à 19 heures, autant dire qu’il vaut mieux en attendant trouver un petit coin à l’ombre, histoire que les toutous se posent un peu avant se retrouver au milieu des 250 autres qui prendront dans quelques heures le départ par vagues de 40… Va y avoir du WhOuaF !!! Les minutes s’égrainent au fil des retrouvailles, Isa retrouve Cathia qui lui proposera le superbe Horion en deuxième toutou pour soulager Canelle et ses fameux coup de chaud. Ma Zazaw est dans la place, comme chaque année je la redécouvre, chaque TDM lui apporte de nouvelles billes dans la construction de sa personnalité, et cette année je la découvre encore plus compétitrice. Bon on papote, mais l’heure tourne… Il va falloir penser à s’échauffer car cette première étape s’annonce relativement casse-patte, on monte, on descend, on remonte… et comme à chaque fois les pourcentages sont bien sympathiques. Mais avant ça, bah y a le briefing, Yvon en maître de cérémonie lance officiellement le TDM 2016 accompagné par Jean-Pierre et toute l’équipe de bénévoles… Voilà on y est le TDM 2016 est lancé ! YaPluKa !!!

oz sasLe premier échauffement, tu te donnes surtout bonne conscience. Tu es frais comme un gardon et du coup c’est certainement l’échauffement le plus long que tu feras de tout le TDM, enfin pour ma part. Là encore on croise pas mal de potos, mais le temps presse et du coup les échanges sont plus rapides. Un coup d’oeil à la montre, allez basta l’échauffement, 18h30 je vais retrouver ma petite Zazaw pour lui mettre son habit de lumière, la promener un peu, la faire boire, la mouiller un peu et l’immerger au milieu des autres binômes. Va y avoir du sport dans moins de 30 minutes, déjà les aboiements commencent à être perceptibles jusqu’à Grenoble, quoi j’exagère ? Bon un peu, mais qui n’a jamais entendu 250 toutous prêts à en découdre avec la première étape n’a jamais rien entendu, et encore pour l’heure nous ne sommes pas rentrés dans les sas.

Oz d+Justement en parlant de sas, 18h45, quand faut y aller, bah faut y aller, on a pas fait tout ce chemin pour craquer à 2 mètres du bol de sangria. Affublé du dossard 69 (parait que c’est parce que je fais des têtes à queue dans les descentes que j’ai eu ce numéro là) j’intègre la 2ème vague, Isa est dans la première avec Canelle, elles partiront 1′ avant nous avec tous les favoris de cette édition. L’attente est terrible, Zazaw me fait des bonds de cabri, se met à ronger la rubalise, et puis par moment est sage comme une image et regarde les autres toutous s’affoler autour d’elle. La première vague est partie, je déclenche le GPS histoire de me concentrer sur Zazaw… Oups, comment dire, Zawa voyant Isa et Canelle partir s’est transformée, à l’instant T je crois qu’elle échangerai volontiers sa Grand Mère contre un Tic Tac tellement elle a faim de partir. Elle me fait des sauts de marsupiaux et puis enfin … 5, 4, 3, 2, 1 !!!! Yippee Ki Yay !!!

oz departOn y est, Yvon vient de lâcher notre vague et les fauves sont de sorties. Avec Zawa nous avons fait le choix de nous mettre un peu à l’écart sur la droite, alors ok on va faire quelques mètres de plus mais le simple fait de ne pas être dans l’imbroglio des longes qui s’entremêlent c’est juste un sacré luxe. Du coup 200 mètres plus tard nous voilà dans le top 10 de notre vague, parés pour prendre la première bosse sans cassure. Le bruit est encore très fort à cet instant, car il reste bon nombre de vagues derrières nous et les toutous de ma vague ne se sont pas encore tous calmés nerveusement parlant. Les frissons du départ sont encore bien présents, je crois qu’à cet instant tu ne réalises pas encore que tu viens de lancer la machine TDM, avec ma Zazaw nous voilà partis pour 10 courses en 9 jours et après un an à l’attendre, on y est !!!!

oz depart 2Et on y est tellement que cette première bosse quand tu y rentres dedans à plus de 15km/h elle a vite fait de te rappeler à l’ordre. Mais il faut tenir car elle est relativement courte et s’en suit un faux plat descendant qui nous permet de nous espacer les uns des autres. Quelques coups d’oeil de part et d’autres histoire de se situer, Ludo est là et va rapidement prendre le large en compagnie d’autres binômes, mais voilà que déjà nous reprenons des concurrents partis dans la vague une. Le faux plat passé, nous empruntons un single sur notre gauche. Il va s’avérer être bien grimpant. Pendant un kil, dans un superbe sous bois, le pourcentage va se faire de plus en plus raide. Mais c’est là que je vois que les précédentes courses ont boosté mon potentiel grimpette, les phases de marches sont bien plus rares qu’avant et le fait que ma Zazaw soit bien au taquet aide grandement à la chose. Chemin faisant nous reprenons quelques places sur la vague une durant cette ascension, mais certains de la vague 3 commencent aussi à pointer le bout de leur nez. Et c’est ainsi que nous arrivons en haut de cette première difficulté.

oz milieuEnfin, je pensais que ça allait être une difficulté, mais en comparaison de ce qu’allait être la suite, pour nous on avait fait le plus simple. Bah c’est vrai qu’en général dans les descentes je me refais la cerise, mais ça c’est quand je suis tout seul. Ma Zazaw elle, elle doit trouver que ça va mieux en descente et du coup, avec l’assise de ses 4 patounettes et la fraicheur du moment, elle me lance une Big Bang Attack (c’est comme une attaque mais puissance 10) dès les premiers mètres. Alors au début no soucy, c’est large, je me régale même d’appuyer et nous passons des binômes dont le toutou est au pied. Mais peu à peu, la pente se durcit, la visibilité se fait moins bonne sur la suite, le chemin devient single, tant et si bien que je dois me mettre sur le frein à main tout le long du kilo restant. Arrivé au ravito d’en bas les quadris entonnent en coeur « Youpi ! Dansons la carioca, C’est bien faisez tous comme moi. » et se mettent à trembler en rythme. Cependant nous sommes malgré tout remontés sur Isa et Canelle qui repartent quand nous arrivons sur ce ravito. Mais Théo (alias le mec mystérieux) et Leïko nous dépassent en mode mac missile. Il nous reste 2 kilomètres pour relâcher les quadris et nous remettre en selle, enfin nous remettre en fait je n’ai aucune idée de la place que nous pouvons occuper tant les vagues semblent s’être brassées. Très vite les sensations reviennent et bien que n’arrivant pas à reprendre Isa et Canelle dans la montée nous grappillons une à deux places. Zazaw toujours pied au plancher et moi la tête dans le guidon.

Oz arrive300 mètres avant la ligne, j’entend Jean-Pierre au micro qui commentent les arrivées qui s’égrainent, ça sent bon l’écurie, d’autant que là pour le coup, c’est 300 mètres sur du chemin bien large en descente et que Zazaw bah elle a pas mal de jus encore, un petit encouragement et nous avalons comme des morts de faim cette dernière tranche de course et Bim nous passons sous l’arche. Verdict 33’48 et une 50ème place sur les 250 binômes embarqués dans cette étape, jamais nous n’avions fait un tel résultat qui plus est sur une première manche, comme quoi le temps perdu dans la descente a vite été colmaté sur le reste du tracé.

Devant c’est allé très vite puisque c’est Christophe qui remporte le premier round en 24’46 (excusez du peu !). Isa et Canelle finissent à la 51ème place, bah simplement génial car le lendemain nous serons ensemble dans le trio de départ. Théo signe une magnifique 27ème place. Côté binômes avec qui on va se taper pas mal la bourre, Richard prend un peu d’avance en concluant à la 45ème position et Olivier est 53ème. Coup de chapeau à Vince qui en termine à la 25ème position et à tous mes athlètes du CTNI.

Malheureusement après cette étape pas trop le temps d’échanger pour nous. Il est près de 20 heures, nous avons quasi une heure de route pour rejoindre notre camp de base à Auris, puis faudra se doucher (bah oui quand même), avaler un bon repas, filer au lit et se lever à 5h45. Et oui demain il y a l’étape 2 et l’étape 2 du TDM c’est l’Alpette, alors si tu connais pas l’Alpette tu peux lire l’édition 2015 ici, la 2014 par là, ou encore la 2013 . Et oui demain nous irons défier pour la 4ème fois les sommets d’Oz et d’expérience on sait que ça pique.

Le TDM est bel et bien lancé avec une Zazaw qui semble avoir envie de chez envie, un classement qui débute super bien, des potos au taquet, bref le décor est planté dans ce cadre alpin magnifique ! Ne ratez pas la suite de l’aventure !

To Be Continued …

Photos Stéphanie Morisse, Christine Nglm, DR.

OZ depart 3

Commentaires

commentaire(s)