La Cruelle 2013 à Oupia

En voilà une course nature qui porte bien son nom !

Sur les conseils de mon frère, qui avait participé à l’édition 2012, et ce malgré un 400 mètres haies approchant à grand pas le dimanche 5 mai à l’occasion des Interclubs, me voilà parti en cette matinée du 1er mai vers Oupia, joli petit village niché au coeur du Minervois.

Auparavant j’avais jeté un oeil sur le parcours et réalisé que les 10km de la course se décomposait en 2 parties… 5km d’ascension et 5km de descente.

Toujours fâché avec les côtes, mais préparant le Trophée des Montagne au mois d’août, cette course semblait être un bon compromis.

Je retrouvais au départ les habitués des courses locales et parcourais le premier kilomètre en leur compagnie en 4′. Les hostilités allaient vraiment se déclenchées au deuxième kilo.

Là coup de bambou, la pente se faisait plus raide et de plus en plus caillouteuse se qui rendaient les appuis glissants. Résultat : 5’46 » au deuxième kilo.

Le 3ème se voulait encore plus abrupt et c’est un très mauvais 6’25 » qui venait le sanctionner avec son flot de coureur doublant sans pitié.

Je passerai le 4 et le 5 qui au final se ressemblent.

C’est avec les quadriceps en feu que j’arrive enfin en haut sur le plateau bordé d’éoliennes. Les 5 km de descentes à suivre ne furent quand même pas de tout repos, mais j’ai pu lacher un tant soit peu la bride remontant de ci de là quelques concurrents dont le point fort était la côte mais pas la descente.

C’est à une moyenne de 4′ au kilo que je dévalerai ces 5 derniers kilomètres, certes un peu lent compte tenu du dénivelé, mais l’instabilité du sol par endroit me fit ralentir.

Bilan un chrono de 49’37 et une 38ème position sur 150 participants. Ni satisfait, ni déçu, juste un peu de mal à récupérer.

Belle course nature avec de très beaux paysages, même si l’on doit passer, très certainement, à côtés de points de vue tant il faut regarder où l’on met les pieds.

Voir le classement de l’édition 2013 de La Cruelle : Cliquez ici

Voir l’intégralité du parcours (toujours sans les dénivelés – Compter 300D+) :

Commentaires

commentaire(s)