Trail du confluent 2013

Trail du Confluent 2013Bon je ne vais pas me la jouer « jemekiffe.com » car le résultat n’est pas non plus exceptionnel, mais pour un premier 33km en trail avec plus de 900 de D+, de la gadoue, des passages techniques je suis pleinement satisfait.

Si l’on fait un petit flash-back d’une quinzaine de jour en arrière, il y a deux semaines je m’alignais sur le 400 et sur le 4×400 des championnats de France Vétérans et la semaine dernière c’était sur les championnats régionaux sur 100 et 400 mètres.

Autant dire que prendre le départ d’un trail de 33km n’entrait dans aucune case de préparation. D’ailleurs y en a t-il une de prépa, réponse non. Je fais mes courses au coup par coup et toujours avec plaisir.

Cependant, n’ayant jamais dépassé 21km c’est quand même avec une certaine appréhension que je m’alignais au départ, ce jour, sur le trail du confluent (à côté de Toulouse).

Nous étions environ 170 au départ de la course et première constatation, la température avait fait un sacré bond en avant, plus de 30°C au moment du départ à 16h.

Le premier kilomètre fut relativement plat ce qui me permis de le passer en toute tranquillité en 4’40, mais je remarquais que devant c’était parti très fort car dès l’attaque de la première difficulté (des escaliers sur 400 mètres) le peloton était déjà bien étiré.Trail du Confluent

Entre le 3ème et le 5ème kilomètre, gros doute, je n’étais pas du tout en forme et le simple fait de me dire qu’encore une trentaine de kilomètres m’attendait, avec de surcroît les vraies difficultés, je me suis demandé pour la première fois, je crois, s’il ne valait mieux pas en rester là. La chaleur m’étouffait, le coup de froid pris une semaine avant refaisait surface, et des frissons m’envahissaient. Pour couronner le tout le soldat Achille (tendon de son état) s’était mis au garde à vous ! A ce moment là, j’ai compris ce que les petits gars du Milwaukee et du Wisconsin ont ressenti en arrivant au Viêt Nam. Ne prêtez pas attention à la dernière phrase je crois que c’est encore le coup de chaud de tout à l’heure qui fait effet.

Heureusement au 6ème kilo, nous nous sommes retrouvés en bord de cours d’eau et sous les arbres. M’étant pas mal hydraté et retrouvant l’ombre peu à peu je me suis mis à refaire surface.

Au 7ème c’est une belle descente dans la gadoue, prise un peu à la Candeloro qui me permis de rencontrer Thierry qui deviendra mon partenaire de course jusqu’au bout (un grand merci à lui).

Au 12ème ouf !!! Premier ravito, j’avais certes tapé dans les gel déjà histoire de palier à d’éventuelles défaillances, mais ma gourde, elle était vide. Le plein fait quelques bouts de bananes avalés, un bon arrosage et quasiment un litre de boisson ingurgité et me voilà reparti la fleur au fusil. Bizarrement bien mieux qu’au départ.

Je passerai les superbes paysages traversés, en relais avec Thierry, pour arriver au 20ème kilo où le ravito fit à nouveau beaucoup de bien, pour preuve nous y passeront 5 bonnes minutes.

Derrière un sous bois magnifique, jonché de tronc, de branche, enjambant un petit ruisseau, zigzaguant entre quelques moustiques bien agressifs nous amena sur le haut du plateau.

Plus que 5 km, Yes, yes, yes !!! On en voyait le bout. Petit ravito supplémentaire, mais là on ne s’est pas attardé, tant les mosquitos étaient virulents.

Dernière difficulté et pas des moindre une belle côte à 18% sur 900 mètres et hop nous avons attaqué la dernière portion avec pas mal de crampes l’un et l’autre. Les relais ont été primordiaux à ce moment là.

Enfin l’arrivée que nous avons franchi ensemble, heureux d’en terminer !

Encore merci à tous les bénévoles qui nous ont encouragés tout le long du parcours et à l’organisation sans faille de ce trail.

Petit regret de voir près d’une douzaine de traileurs abandonner sur ce type de parcours, mais à leur décharge je pense que la chaleur a été le catalyseur de leur abandon.

Bilan de mon côté 67ème place en 4h10.

Voir l’intégralité des résultats du trail du confluent 2013 : Cliquez ici

Mon parcours (toujours sans les dénivelés, il est tant que je change de GPS) :

Commentaires

commentaire(s)